Formation « Développer un thème WordPress sur mesure »

Quel hébergeur choisir pour son site WordPress ?

Lecture : 11 minutes • 0

Il existe de nombreux hébergeurs et tout autant d’offres différentes, et il n’est pas toujours facile de s’y retrouver. On va voir dans ce cours les types d’hébergements qui existent, puis tenter de définir quelle est l’offre la plus adaptée en fonction de votre profil et vos besoins.

Lorsque l’on fait un site, on va irrémédiablement devoir finir par le mettre en ligne, et pour cela on a besoin d’un hébergeur. Et on peut dire qu’on a l’embarras du choix parmi les offres proposées, à tel point qu’il est parfois difficile de faire le bon choix.

Et il n’y a pas de réponse universelle. Le freelance voudra peut-être que son hébergement lui prenne le moins de temps possible, alors qu’une agence voudra mettre en place un process d’industrialisation de sites sur mesure, et maitriser tous les aspects du déploiement et de l’hébergement.

Alors on va faire le tour de ce qui existe, sans pour autant être exhaustif (désolé si je vous ai oublié) et je vous présenterais ce que je pense être la meilleure approche en fonction de cas votre profil.

Conseil

Le meilleur choix d’hébergement reste encore le votre. Sachez adapter votre décision en fonction de vos besoins, et ne prenez pas tout ce que je dis pour argent comptant.


Afin de vous fournir un avis le plus objectif possible je n’ai aucun liens d’affiliation dans mes cours ou mes articles, ni d’articles sponsorisés.

Les types d’hébergements

Commençons par les types d’hébergements. Ce qui va les différencier c’est la configuration matérielle dans laquelle va être stocké le site (physiquement parlant).

Les hébergements mutualisés

Schéma d'un hébergement mutualisé

Les hébergements les plus répandus sont les hébergements mutualisés. Ce sont aussi les plus abordables en terme de tarifs, d’où leur succès.

Techniquement, votre site sera stocké sur un serveur partagé, où d’autres sites y seront également stockés. D’où le terme mutualisé. Les ressources sont donc divisées entre tous ses utilisateurs.

C’est un peu comme si vous preniez le bus, avec d’autres personnes.

Les serveurs dédiés et VPS

Schéma de serveurs dédiés

Au dessus, on retrouve des serveurs dédiés, et des VPS. Les serveurs dédiés sont, comme leur nom l’indique uniquement réservés à un client par machine, qui alors pourra le configurer comme bon lui semble en choisissant son système d’exploitation et ses technologies.

Dans ce cas, chacun a sa propre voiture, personnalisée selon ses propres préférences.

Le VPS est un serveur privé virtuel. C’est un peu le principe du mutualisé (plusieurs clients par serveur) mais chacun aura son propre environnement virtuel et pourra le configurer à sa guise tel un dédié.

Bien sûr, ces technologies nécessitent de la configuration et quelques connaissances, mais offrent plus de possibilités pour une agence avec des besoins spécifiques par exemple.

Les hébergements cloud

Schéma d'un serveur cloud

Le summum de l’hébergement, c’est le cloud : votre site n’est plus hébergé à un seul endroit à la fois, mais répliqué (automatiquement) sur d’autres serveurs dans le monde.

C’est ce qu’utilisent les hébergeurs spécialisés WordPress afin de rendre votre site disponible rapidement dans tous les coins de la planète. Une telle configuration n’est nécessaire que pour un site international à fort trafic.

Ces hébergeurs s’appuient alors sur des technologies très connues comme Amazon Web Service (AWS) ou encore Google Cloud.

Les hébergeurs généralistes

Les hébergeurs généralistes proposent tous types d’offres d’hébergement web, du simple mutualisé aux serveurs dédiés, en passant par les VPS et le cloud.

Ils permettent donc d’héberger tout types de sites ou applications web, dont WordPress. Certains d’entre-eux proposent en plus des offres spécialisées autour du CMS.

Voici quelques uns des hébergeurs Européens les plus connus :

Il en existe pleins d’autres bien évidemment : des gros, des petits, des plus ou moins chers… Ne vous formalisez donc pas si votre hébergeur de prédilection n’est pas dans la liste.

En tous cas on retient que leurs tarifs sont très abordables. On pourrait croire que ça ferait baisser la qualité de la prestation, et pourtant non. J’ai de très bonnes performances chez o2switch, et leur support répond généralement en moins de 30 minutes !

À titre d’exemple, le site WPMarmite accueille plus de 5000 visiteurs par jour, possède une e-boutique, mais n’a jamais eu de souci de performances pour autant alors qu’il est sur un simple mutualisé.

Conseil

Malgré des prix bas, les serveurs mutualisés disposent en général d’assez de puissance pour héberger la majorité des sites.

Les hébergeurs spécialisés WordPress

Logos d'hébergeurs spécialisés WordPress

Certains ont fait le choix de s’orienter vers l’hébergement complètement dédié aux sites WordPress, en proposant des interfaces et outils adaptés au CMS.

Parce que oui, sinon techniquement, n’importe quel hébergement fait l’affaire pour WordPress. À partir du moment où il y a du PHP et une base MySQL, ça suffit pour faire fonctionner le CMS.

Leur vraie valeur ajoutée c’est l’optimisation des performances, la sécurité, les sauvegardes, et l’interface ultra ergonomique pour gérer ses sites.

Ils proposent également un déploiement avec Git et la mise en place d’instances de prod/préprod en un clic.

Capture d'écran de l'interface de gestion de l'hébergeur Flywheel, spécialisé dans les sites WordPress
L’interface de gestion des sites WordPress de Flywheel

Après tout il y a un énorme marché autour de l’hébergement de sites WordPress, puisque le CMS occupe plus de 35% des parts de marché. Par contre, la plupart ne proposent pas d’interface en français.

Voici les principaux hébergeurs spécialisés :

Comme on peut le voir, les formules sont plus chères que pour des hébergement mutualisés, et en plus elles limitent généralement le nombre de pages vues par mois.

Attention

Les formules des hébergeurs dédiés n’incluent pas un trafic illimité, la facture pourrait donc très vite grimper en hébergeant un site à forte affluence.

Quel hébergement choisir ?

La question revient souvent mais la réponse n’est pas forcément évidente. Je vais tout de même vous faire part de mon point de vue, basé sur des années d’expérience et de nombreuses discussions avec des agences que j’ai pu accompagner.

Déjà on ne va pas utiliser le prix comme facteur de comparaison. Tous les mutualisés sont aux alentours de 5€ par mois, et tous les hébergements spécialisés autour de 25€ par mois.

Donc ce n’est pas le meilleur point de départ. On va par contre définir ce qui distingue les 2 types d’offres :

  • Les mutualisés sont illimités en nombre de visites et sont pas chers, mais ils n’ont pas d’interface dédiée à la gestion de sites WordPress ;
  • Les spécialisés WordPress sont plus chers, et sont limités, mais ils proposent une interface de gestion plutôt chic.

Et pas seulement chic. Il est d’autant plus simple de gérer plusieurs sites, car d’un clic on peut en ajouter, là où sur un mutualisé il faut créer un nouveau compte.

Par contre, un site à fort trafic sur un hébergement spécialisé peut vite coûter cher.

Bon, du coup pour le moment il semblerait que les deux solutions ont leurs avantages et leurs inconvénients.

Pour moi, la réponse va évoluer en fonction de qui vous êtes (un particulier, un freelance ou une agence) et de la typologie de vos projets.

Pour les freelances et particuliers

Pour héberger votre propre site, ou ceux de vos clients en tant que Freelance, nul besoin d’aller trop loin : un mutualisé est amplement suffisant.

Mais à cause de la mauvaise presse d’OVH (service client long, interruptions de services régulières) mon choix se porterait plutôt sur les autres, avec une petite préférence pour o2switch ou infomaniak.

Avec des outils comme le cPanel, vous pouvez gérer facilement vos sites, installer WordPress en un clic avec Softaculous, et même demander au support un accès SSH si vous voulez faire du déploiement sur Git.

Pour les agences

Pour les agences je conseille 3 pistes différentes en fonction de votre cas :

Celles qui ont déjà un process en place

Les agences ont déjà bien souvent un système en place, avec des process plus ou moins lourds et plus ou moins vieux. L’objectif c’est d’intégrer WordPress dans tout ça.

Si vous avez déjà un serveur dédié avec gitlab, un process de déploiement en intégration continue, alors autant rester sur cette lancée.

WordPress n’est pas très contraignant et devrait s’intégrer dans votre process. Vous pourriez le gérer comme une dépendance Composer grâce à Bedrock pour parfaire le tout.

Celles qui veulent refaire un process complet à 0

Si vous souhaitez partir de 0, et monter un process à la fois puissant et modulable, je vous conseille d’opter pour un hébergement cloud sur mesure, et de le coupler à un service comme SpinupWP.

Il vous permet d’avoir une interface très sympa pour gérer votre parc de sites WordPress, un peu comme chez les hébergeurs spécialisés, et tout un process de mise en production optimisé.

Si j’avais encore mon agence, c’est définitivement vers cette solution que j’irais aujourd’hui.

Celles qui ne veulent pas s’embêter

Et si vous êtes une petite agence, et que vous n’avez pas envie de vous embêter avec tout ça, je vous conseille alors d’héberger vos sites chez WPEngine, Flywheel ou encore Kinsta. Leurs tarifs sont plus élevés que chez un hébergeur mutualisé, mais tout est orienté sécurité et performances, ce qui vous assure un gain de temps et une gestion plus facile de vos sites.

Ils ont d’ailleurs d’excellents arguments pour justifier un coût d’hébergement plus élevé à vos clients.

En conclusion

Voici donc ce que je préconise en fonction de votre situation :

1. Vous êtes freelance avec peu de projets :

Optez pour de l’hébergement mutualisé comme o2switch ou Infomaniak pour réduire les coûts. Ce sera amplement suffisant pour vos projets clients.

2. Vous êtes un freelance accompli ou une petite agence :

Optez pour un hébergeur spécialisé WordPress comme Flywheel, WPEngine ou Kinsta si vous ne voulez pas vous embêter avec l’hébergement mais proposer quelque chose de puissant.

3. Vous êtes une agence web avec une équipe :

Optez pour un hébergement cloud + SpinupWP si vous voulez plus de contrôle tout en ayant une interface sympathique.


Bien sûr, sachez adapter votre décision par rapport à vos besoins, car je ne détiens pas la vérité absolue. Si vous souhaitez en discuter et faire un audit en agence, contactez-moi.

Aparté: la proximité géographique

La position géographique des serveurs de votre hébergeur a son importance dans le choix de celui-ci. Si vous faites un site à destination de l’Amérique exclusivement, alors il ne serait pas judicieux de l’héberger uniquement en France.

La question doit se poser à partir de moment où il y a un changement de continent. Dans ce cas, pour faire simple, optez pour un hébergeur cloud. De cette manière le site sera disponible depuis plusieurs datacenters, et toujours à proximité de vos internautes.

Et pour les noms de domaines ?

Logos de registrars

En ce qui concerne les noms de domaines, où les prendre ? Au niveau des tarifs, c’est à peu près partout pareil, du coup, quand c’est possible, autant les prendre chez votre hébergeur. De cette manière, vous centralisez toutes vos offres.

Par contre certains d’entre-eux ne proposent pas toutes les extensions de domaines. Par exemple on ne peut pas prendre un TLD .io chez o2switch.

Du coup vous pourriez au contraire gérer tous vos domaines chez un prestataire externe, comme namecheap par exemple, qui propose de nombreuses extensions de domaines.

D’ailleurs je n’ai pas listé namecheap dans les hébergeurs, mais il propose également une offre spécialisée WordPress.

Qui possède le nom de domaine ? Le client ou le prestataire ?

Le mieux c’est de laisser le client propriétaire du nom de domaine. Il est du coup rattaché à son nom ou celui de son entreprise et pas à la votre.

Mais si vous lui laissez la gestion, il va à coup sûr oublier de renouveler son domaine dans les temps.

Certains hébergeurs comme OVH vous permettent d’être assigné en tant que contact technique, du coup vous pouvez configurer le domaine (la zone DNS par exemple), et recevoir les avis d’expiration. Et pour la facturation vous pouvez toujours le mettre en renouvellement automatique.


J’espère que vous y voyez plus clair sur les hébergements web. À vous maintenant de faire votre choix parmi toutes les solutions proposées, du tout automatisé, pré-configuré au tout personnalisable.

Le choix d’un hébergeur est bien sûr une question souvent soumis à débat. D’ailleurs essayez de poser la question au prochain WordCamp à plusieurs personnes, et vous verrez que chacun aura une réponse différente ! À vous de trouver la meilleure approche.

Dans le prochain cours on va voir comment mettre en ligne un site local.

0

Questions, réponses et commentaires

    Laisser un commentaire